Business Philosophie Sciences humaines

Stars Wars, le mythe du héros

Publié par Abdel and Co

Monomythe :

Le héros a des problèmes,
le héros résout ses problèmes.

Le concept du Monomythe (Monomyth), développé par Joseph Campbell dans ses livres et ses conférences à partir de la fin des années 1940, avance l’idée que tous les mythes du monde racontent essentiellement la même histoire, dont ils ne seraient que des variations. Dans son livre Le Héros aux mille et un visages (The Hero with a Thousand Faces), paru en 1949, Campbell avance ce qu’il affirme être une structure universelle de tous les mythes du monde, qui relateraient un Voyage du héros (The Hero’s Journey). Le concept du Monomythe tente également de découvrir des traits communs à toutes les cosmogonies.

La structure fondamentale avancée par Campbell se compose de cinq grandes étapes :

  1. Un appel à l’aventure, que le héros doit accepter ou décliner.
  2. Un cheminement d’épreuves, où le héros réussit ou échoue.
  3. La réalisation du but ou du gain, qui lui apporte souvent une meilleure connaissance de lui-même.
  4. Un retour vers le monde ordinaire, où le héros réussit ou échoue.
  5. L’utilisation du gain, qui peut permettre d’améliorer le monde.

Critiques universitaires :

Dans un article portant sur les méthodes d’étude des mythes, Lesley Northrup indique que le concept de monomythe a rencontré peu d’écho parmi les chercheurs étudiant les mythologies, ces chercheurs abordant avec méfiance les affirmations générales à portée universelle.

Plusieurs critiques ont porté sur le caractère extrêmement vague des arguments avancés par Campbell à l’appui de sa théorie et ont fait remarquer qu’elle manque des preuves savantes nécessaires à sa confirmation. En réponse à un film dans lequel Campbell présentait le monomythe, Muriel Crespi indique que ce concept est « insatisfaisant du point de vue des sciences sociales. L’ethnocentrisme de Campbell va soulever des objections, et son niveau analytique est si abstrait et si dépourvu de remise en contexte ethnographique que le mythe perd toutes les significations qui sont supposées être associées au « héros ». » Dans Sacred Narrative: Readings in the Theory of Myth, Alan Dundes rejette les travaux de Campbell et voit en lui un vulgarisateur : « Comme la plupart des universalistes, il se contente d’affirmer simplement l’universalité plutôt que de prendre la peine de la prouver par des documents. (…) Si les généralisations de Campbell sur le mythe sont dépourvues de preuves, pourquoi les étudiants devraient-ils prendre en considération son travail ? »

Dans une thèse de doctorat achevée au Pacifica Graduate Institute en 1998, The Power of Choice, Druscilla French examine et critique plusieurs théories sur les mythes, dont celle de Campbell. Elle reproche au monomythe de Campbell « [d’]imposer subtilement son cadre de référence en répétant avec insistance qu’un certain type de voyage héroïque est reconnu universellement comme le chemin vers la divinité et la plus haute forme d’individuation. »

Pensez à partager

Pour aller plus loin, je vous conseille ce livre qui est aussi la source :

Le Héros aux mille et un visages de Joseph Campbell

Anatomie du scénario : Cinéma, littérature, séries télé de John Truby

A propos de l'auteur

Abdel and Co

1 Commentaire

Laisser un commentaire