Politique

Succès et échecs de la CIA

Publié par Abdel and Co

Deux événements mon poussé à faire ce poste le premier l’article suivant (Le Pentagone aurait dépensé plus d’un demi-milliard de dollars pour produire de fausses vidéos djihadistes) sur France 24 et certain commentaire récurent « il faut arrêter d’accusé le GRAND SATAN de tous les maux ! » Ils n’ont pas tort en un sens, mais en faire abstraction est tout aussi absurde.
Pendant près de 70 ans, la CIA protège les intérêts américains. Mais sous le vernis se terrent de sombres mensonges duperies et autres manipulations…

Douter de tout ou tout croire, ce sont deux solutions également commodes, qui l’une et l’autre nous dispensent de réfléchir.

Henri Poincaré

[highlight] CIA : Central Intelligence Agency [/highlight]

Depuis sa création en 1947, la CIA a toujours été sujette à polémique. Ses actes ont régulièrement dévié vers le moralement discutable : renversement de dirigeants, fausses histoires, élection truquées, support d’assassins…
Le service s’est de beaucoup écarté de ses objectifs originels rassembler de l’information grâce à des opérations secrètes. Justifiant ses actes en évoquant l’intérêt des États-Unis, la CIA a parfois donné corps à des tragédies dont par exemple les fausses allégations d’armes de destruction massive en Irak, en 2001. Sans le moindre doute, la CIA a beaucoup œuvré pour changer la course de l’histoire moderne.
Succès et échecs ; l’histoire de la CIA est autant jonchée de réussite que d’erreurs…

Les Ratés :

  1. Résistance polonaise

    La CIA a apporté son soutient à un groupe de résistants polonais clandestin, l’Organisation polonaise de lutte pour l’indépendance, en lui fournissant argent, armes et matériel radio. La CIA ne savait pas de les Soviétiques avaient écrasé le mouvement des années plus tôt, mais continuait à faire croire à son existence aux Américains. Les Soviétiques ont dévoilé cette ruse à la radio polonaise en décembre 1951.

  2. 11 Septembre 2001

    Si les Américains durent pris par surprise par l’attaque japonaise sur Pearl Harbor, il semble que la leçon n’ait pas été retenue pour l’attaque terroriste du 11 septembre 2001 sur le World Trade Center et le Pentagone. La CIA savait que le chef d’Al-Qaïda Oussama Ben Laden planifiait une attaque contre les USA, sans pourtant savoir ni quand ni où.

  3. Corée

    La guerre de Corée fut le « baptême du feu » de la CIA. Le leader autocratique nord-coréen Kim Il-sung avait le soutien de Staline en Russie et de Mao en Chine pour attaquer le Sud, mais malgré l’intensification militaire de 1950, la CIA rejette la possibilité d’une invasion. La Corée du Nord a ainsi presque submergé les forces coréennes du Sud en lançant cette invasion « impossible ».

  4. Fausses infidélités

    En 1994, l’ambassadrice américaine Marilyn McAfee s’indigne des abus de gouvernement du Guatemala. La CIA met sa chambre sur écoute et découvre ses « tendres roucoulements » apparemment pour sa secrétaire Carol Murphy. Des fausses accusations de relations intimes sont lancées, mais Murphy était en fait le nom… de son chien.

Les succès :

  1. Grèce

    En 1947, la Grande-Bretagne cesse de financer l’armée du gouvernement grec dans sa guerre civile contre la branche militaire du parti communiste grec. Les USA reprennent le flambeau, renvoyant des millions de dollars et du support militaire en Grèce, aidant le gouvernement à défaire les communistes en 1949.
    La CIA installe une grande antenne à Athènes et travaille coude à coude avec les renseignements et l’armée grecs, anticipant la plupart des menaces.
    La CIA supportera également en 1967 la junte grecque de la Dictature des Colonels, menée par Georgios Papadopoulos, formé par l’agence.

  2. Japon

    Nobusuke Kishi fut membre du conseil des ministres pendant la Seconde Guerre Mondiale. Après la défait du Japon, il est inculpé pour crime de guerre, mais libéré en 1948. La CIA voit d’un bon œil ses fortes convictions anticommunistes et l’installe dans le siège de premier ministre du Japon.
    Kishi fait démanteler le parti libéral et crée un parti démocrate. La CIA lui fournit les fonds et l’aide à engager des membres pour son part, qui serviront également d’informateurs. Kishi prend le pouvoir en février 1957. Le parti démocrate du Japon est au pouvoir depuis lors, sauf pendant deux brèves périodes, 1993 à 1994 et de 2009 à 2012.

  3. Iran

    Le Premier ministre iranien Mohammad Mossadegh est élu démocratiquement en 1951. Très vite, il renationalise la production de pétrole du pays, reprenant le contrôle de l’Anglo-Iranien Oil Compagny aux Anglais. Le Premier ministre britannique Churchill demande de l’aide aux USA, qui s’inquiètent de voir l’Iran tomber aux mains des Soviétiques, pour renverser Mossadegh. La CIA infiltre les médias iraniens et américains, inventant des allégations anti-Mossadegh. Des mollahs et des politiciens sont corrompus et des hommes sont payés pour passer à tabac les partisans du parti Tudeh iranien. La pression monte et en 1953, le gouvernement Mossadegh est renversé par un coup d’état.

  4. Guerre du Golfe

    La CIA a joué un rôle majeur pendant la Guerre du Golfe de 1990-1991. Son officier du renseignement national Charles Allen pensait que le président irakien Saddam Hussein allait envahir le Koweït et la veille du jour où les troupes irakiennes ont passé la frontière, la CIA donnait l’alerte sur l’imminence d’une attaque.
    « Bagdad est persuadée qu’une action militaire se justifie pour reprendre son territoire « volé » », expliquait un rapport. Quand la guerre éclate, la CIA fournit des milliers de rapports aux militaires et prédit notamment avec précision l’utilisation de missiles Scud. Le 28 février 1991, une coalition de 34 nations repousse les troupes irakiennes hors du Koweït.

  5. Congo

    Lors d’une réunion avec le président Kennedy le 21 septembre 1960 le directeur de la CIA Allen Dulles présente les points chauds du globe, dont le Congo, dirigé par le premier ministre Patrice Lumumba est abattu le 14 janvier 1961, Mobutu prend militairement le pouvoir et les États-Unis apportent leur soutien à son régime autoritaire. Il sera un fervent allié de la CIA, qui l’aidera pour un second coup d’Etat en 1965 qui lui donnera le contrôle total du pays. Il restera au pouvoir jusqu’au 1997.

———————————————-
Source : Les secrets de la CIA dans Tout sur l’histoire. sept-oct. 2015

A propos de l'auteur

Abdel and Co

Laisser un commentaire