Business Culture Développement personnel Lifestyle

STRATÉGIES DU GÉNIE : WALT DISNEY partie 1 « Le rêveur »

Publié par Abdel and Co

Walt Disney et les trois phrases de la créativité:

IL Y AVAIT EN FAIT TROIS WALT DIFFÉRENTS :
LE RÊVEUR, LE RÉALISTE, ET LE CRITIQUE/GÂCHEUR.
ON NE SAVAIT JAMAIS LEQUEL ALLAIT VENIR À LA RÉUNION¹

L’aptitude de Walt Disney à combiner créativité, innovation, stratégie de réussite en affaires et succès populaire lui a permis de fonder dans le domaine des loisirs un empire qui lui survit encore des décennies après sa mort. Disney (1901 – 1966) incarne la capacité à créer une entreprise prospère fondée sur la créativité. Il est représentatif d’un processus consistant à transformer les produits de l’imagination en réaliste concrètes et tangibles.
La créativité est un processus global qui implique la coordination de trois processus secondaires : celui du rêveur celui du réaliste et celui du critique. Sans le réaliste, le rêveur est incapable d’exprimer ses idées sous forme tangible. Sans le réaliste, le rêveur et le critique sont immobilisés dans un conflit perpétuel. Rêveur et le réaliste pourraient parvenir à créer, mais seraient incapable d’atteindre un niveau de qualité satisfaisant sans critique. Le critique aide à évaluer et à perfectionner les produits de la créativité.
La créativité a besoin du rêveur pour générer de nouvelles idées et de nouveaux objectifs. Le réaliste lui sert à exprimer concrètement les idées. Le critique agit comme filtre, et comme stimulus de l’optimisation.
Il est certain que chacune de ces phases représente à elle seule toute une stratégie – stratégie qui le plus souvent tendent à entrer en conflit plutôt qu’à se soutenir mutuellement. Bien sûr, la spécificité de la façon dont Disney utilisait et coordonnait son imagination (le rêveur), traduisait de façon méthodique ses produits ses produits sous forme tangible (le réaliste) et appliquait son jugement critique (le critique / gâcheur), demande une exploration plus approfondie.

 

Le rêveur (visionnaire et créatif):

OUI JE SUIS UN RÊVEUR. CAR UN RÊVEUR EST UN HOMME
QUI NE TROUVE SON CHEMIN QU’AU CLAIR DE LUNE ET QUI, COMME PUNITION,
APERÇOIT L’AURORE AVANT LE RESTE DU MONDE.

OSCAR WILDE

Pour stimuler sa créativité Disney, ce mette en condition physique et mental. Les descriptions du physique de Disney au moment où il exerçait sa pensée créative offrent un portrait classique des « clés d’accès » associés à l’imagination visuelle intense.

Lorsque Disney était profondément plongé dans ses pensées, il levait un sourcil, détendait le visage, et contemplait fixement un point dans le vide, en conservant souvent cette posture un long moment […] aucun mot ne   pouvait lever   le sortilège […]

Cette description pourrait aisément être celle d’un sujet sous hypnose en train d’avoir une hallucination. Le comportement de Disney lorsqu’il « rêvait » dans la description ci-dessus ne fait qu’indiquer à quel point il engageait toute son activité neurologique et toute son attention dans le processus de créativité.
Le dessin du rêveur sur « La roue de la créativité» Selon le modèle de la PNL, ceci indique qu’il est en train d’imaginer, ou de construire des images visuelles internes. De façon empirique, les position oculaires indiquent généralement le système « conducteur », ou système d’entrée, et montrent ici que Disney est avant tout centré sur l’imagination visuelle. Il est également accoudé dans ce que l’on pourrait considérer comme une posture orientée vers le ressenti, ou « kinesthésique » se touchant le visage d la main gauche. En PNL ce geste s’appelle « position téléphonique » et accompagne la verbalisation interne. En résumé, il visualise, il ressent et fait un dialogue interne (par forcément dans ce sens).
Ceci nous apporte une clé importante pour la modélisation de la créativité impressionnante de Disney : le processus de liaison connu sous le nom de synesthésie – littéralement synthétisation des sens. La synesthésie se produit lorsque quelqu’un éprouve un chevauchement de deux ou plusieurs sens, comme lorsque quelqu’un ressent ce qu’il voit, ou voit des images des sons qu’il entend, etc.
Selon les catégories d’Aristote, les capacités de Disney à faire se chevaucher les sens résulteraient des « sensibles communs » – les qualités perceptuelles qui sont partagées par tous les sens. Les « sensibles communs » permettent le transfert de l’information entre les différents systèmes sensoriels de représentation.
La structure et l’impact de l’imagination et de la créativité d’une personne sont souvent déterminés par les relations quelle établit entre les sens.
En résumé, le système de représentation principale de Disney était la vision. Mais celle-ci ne lui servait pas nécessairement à produire des images spécifiques. Il utilisait la qualité du mouvement comme « sensible commun » pour faire se correspondre d’autres sens dans l’imaginaire, et voir les formes et les schémas sous-jacents.

 

 

Bonus²:

Rêvez votre objectif :

  1. Utilisez une induction, ne rentrez pas dans une transe trop profonde.
  2. Visualisez votre idée, votre objectif, votre projet.
  3. A l’aide des sous-modalités, explorez, modelez, façonnez l’image générée. N’oubliez pas, vous êtes le REVEUR. Aussi, autorisez-vous toutes les excentricités  que votre créativité vous permet.

Le premier niveau d’intérêt est de générer le contenu du « Quoi », de l’idée. La fonction du Rêveur est de voir clairement dans sa tête comment chaque pièce de l’histoire s’ajuste.

Maintenant, posez-vous des questions :

  • Est-ce le bon objectif  ?
  • Quel est le but derrière cet objectif  ?
  • En quoi c’est important ?
  • Qu’est-ce qu’il vous apportera ?
  • Par quoi ça commencerait ?
  • Quelles stratégies mettre en place pour l’atteindre…. ?

Stratégie Disney R. Dilts

Pour penser comme un Rêveur, il est utile de garder votre tête et vos yeux tournés vers le haut et de s’installer dans une position confortable.

Partie 2 : STRATÉGIES DU GÉNIE : WALT DISNEY  « Le réaliste »

Partie 3 : STRATÉGIES DU GÉNIE : WALT DISNEY « Le critique »

Partie 4: STRATÉGIES DU GÉNIE : WALT DISNEY « Conclusion »


¹ Thomas  F., Johnson O., Disney Animation ; The Illusion

Source : Mozart Et Disney Stratégies Du Génie De Robert Dilts, ²Stratégies du Génie : Le Générateur de Créativité de Walt Disney

 

A propos de l'auteur

Abdel and Co

2 Commentaires

Laisser un commentaire